La nécessité de groupes AA laïques au Québec

Les Libres Penseurs

Le recours à la croyance en une Puissance supérieure est-il la seule voie de rétablissement chez les Alcooliques Anonymes ?

Par Guy F
Saint-Hyacinthe, Québec, Canada

Introduction

Bonjour, mon nom est Guy F., je suis un alcoolique et je suis également humaniste scientifique et athée. Après plus de 25 années d’implication comme membre des Alcooliques Anonymes, quelle extraordinaire évolution que cette récente prolifération des groupes AA pour athées, agnostiques et libres penseurs à travers les États-Unis et le reste du Canada. Enfin ! Quel soulagement de ne plus devoir cacher nos convictions philosophiques à nos consœurs et confrères d’Alcooliques Anonymes. Enfin ! Le « Nous en sommes venus à croire », ce « Crois ou meurs » encore trop présent au sein des AA, ne sera plus la seule manière d’accéder à l’abstinence chez les AA.

Face à cette évolution inespérée, la suite des choses devenait évidente pour moi : ouvrir sans délai un premier groupe AA pour athées, agnostiques et libres penseurs dans ma communauté et offrir une alternative laïque aux alcooliques non-croyants en quête d’aide pour se sortir de leur dépendance. Alors voilà! Bienvenue au nouveau groupe AA Les Libres Penseurs de Saint-Hyacinthe, un groupe AA francophone pour athées et agnostiques.

Mais comme notre jeune conscience de groupe le constate, jusqu’à tout récemment, peu de membres AA connaissaient même l’existence de ces types de réunions AA. L’essor fulgurent du mouvement AA laïque est reçu chez plusieurs d’entre eux comme une véritable onde de choc, voire comme une menace à la survie de l’organisation. Pourtant, les débats autour de la question de Dieu n’ont rien de nouveau chez les Alcooliques Anonymes. Dès le début des AA, les membres athées et agnostiques influencèrent fortement la destinée de l’organisation par leurs incessantes revendications areligieuses.

Un peu d’histoire

Au tout début des AA, Bill W. proposa un programme de rétablissement en douze étapes. Fortement inspirée des croyances chrétiennes du Groupe Oxford, la première version d’étapes présentée par Bill était très religieuse. Déjà à cette époque, l’omniprésence du mot Dieu dans le projet d’étapes de Bill rebutait plusieurs membres AA athées et agnostiques. Un de ces dissidents, Jim Burwell, était même si insistant que plusieurs membres désiraient le voir quitter les AA. Finalement, après plusieurs mois de laborieux débats, ces membres AA revendicateurs de la première heure réussirent à faire adopter quatre changements qui allaient s’avérer d’une extrême importance pour l’avenir de l’organisation des Alcooliques Anonymes.

  1. Dans la deuxième étape, le mot « Dieu » fut remplacé par « Puissance supérieure à nous-mêmes ».

  2. Dans les étapes trois et onze, le mot « Dieu » fut remplacé par « Dieu tel que nous le concevions ».

  3. L’expression « à genoux » fut retirée de la septième étape.

  4. Dans la version de « Notre Méthode », la phrase suivante fut insérée comme préambule à la présentation des douze étapes : « Voici les étapes que nous avons suivies et que nous proposons comme programme de rétablissement ». Avec cette phrase, les Douze Étapes AA n’allaient donc aucunement constituer une exigence pour se rétablir, mais plutôt une suggestion faite aux membres. Il est probable que sans ces changements fondamentaux, l’organisation des Alcooliques Anonymes n’aurait jamais connu le succès qu’elle connaît aujourd’hui.

Qu’est-ce qu’un alcoolique ?

Lors de mes premières années dans les AA, les gens de mon entourage, n’ayant jamais connu de problème particulier avec leur consommation d’alcool, me posaient souvent la question suivante : mais Guy, qu’est-ce qui fait de toi un alcoolique? Tu n’avais pourtant pas l’air de si mal fonctionner dans la vie? Au début, cette question m’embêtait, mais éventuellement une réponse très simple me vint à l’esprit : la soif d’alcool!

Peu importe que vous définissiez l’alcoolisme comme une maladie, un désordre psychologique, une faiblesse morale, une allergie physique doublée d’une obsession mentale et quoi encore, tous les alcooliques vous le diront : lorsque le phénomène de la soif se déclenche en eux, ils sont totalement incapables d’y résister. Rien au monde ne pourra les empêcher de prendre éventuellement leur premier verre. C’est comme ça! Mais ça, il n’y aura jamais qu’un alcoolique pour le comprendre! Alors à partir du moment où l’alcoolique prend conscience de son insatiable soif d’alcool, la solution devient évidente : il doit cesser d’avoir soif. Comme je dis souvent à mes amis AA, aujourd’hui je n’ai pas eu soif alors j’en ai profité pour ne pas boire!

Le recours à une Puissance supérieure comme seule possibilité de perdre la soif ?

La majorité des membres AA sont convaincus que seul le recours à une Puissance supérieure les libérera de la soif. Pas de croyance en une Puissance supérieure, pas de possibilité de perdre la soif. Hors d’un Dieu, ou d’une puissance supérieure ou d’une quelconque forme de spiritualité, point de salut. Eh bien non! Et comme moi, tous les membres AA laïques qui jusqu’à aujourd’hui se sont tus afin de ne pas déranger en sont des preuves vivantes.

Par membres laïques, je veux dire tous ceux et celles qui n’ont pas de conception religieuse ou spirituelle et qui ne croient à aucune forme de Puissance supérieure. À titre d’exemple, Jim Burwell, cet athée dissident et obstiné qui fit grandir AA, aura toujours maintenu ses positions philosophiques athées et demeura abstinent d’alcool de 1938, année de son arrivée dans les AA, jusqu’à son décès, en 1976.

Étant athée, je n’ai jamais réussi à croire en quelque Puissance supérieure que ce soit et pourtant, au cours de mes 25 années d’abstinence chez les AA, par deux fois j’ai perdu la soif. Pour le non-croyant que je suis, l’explication est simple. N’en pouvant plus de souffrir et constatant qu’une fois de plus l’alcool m’avait complètement vaincu, je me suis tourné vers les autres. J’ai admis que sans l’aide de ces hommes et femmes qui avaient réussi à ne plus boire et qui étaient prêts à m’aider, je ne parviendrais pas à me libérer de ma soif d’alcool. Et dès mon retour aux AA, comme par enchantement, la soif m’a quitté. Pour moi, il n’y a rien de miraculeux là-dedans. L’accueil, la fraternité et surtout le dévouement inconditionnel des membres AA envers l’alcoolique souffrant que j’étais à mon arrivée et à mon retour, voilà la source de ma délivrance! Et cette soif d’alcool qui m’habitait n’est toujours pas réapparue, jusqu’à aujourd’hui.

AA et athées

Second regard:
Reportage sur les Alcooliques anonymes.

Ce témoignage n’a pas pour but de m’opposer à la notion d’une Puissance supérieure chez les Alcoholiques anonymes. La majorité des membres AA sont souvent d’ardents croyants et je respecte tout à fait leur manière de penser. Ils m’ont accueilli et m’ont sauvé la vie. Je leur en serai toujours reconnaissant.

Ce message que je porte aujourd’hui se veut un message d’espoir pour l’athée, l’agnostique, le non-croyant, l’humaniste, le libre penseur, le mécréant et tous ces autres non-croyants qui frappent à la porte des AA et repartent avec leur problème, déconcertés par cette omniprésence du mot Dieu et par toutes ces prières religieuses ayant cours dans à peu près toutes les réunions AA.

Récemment, j’ai réalisé une petite expérience personnelle. Durant une réunion AA à laquelle j’assistais, j’ai fait le décompte du nombre de fois où le mot Dieu y était cité. Trente-quatre fois! Et comme dans la très grande majorité des réunions AA, la réunion s’est ouverte avec la prière de la sérénité et s’est terminée par la récitation du Notre Père. Mais pour tous ces nouveaux arrivants pour qui les mots Dieu, Puissance supérieures et même spiritualité ne sont pas acceptables, qu’est-ce que AA a à offrir ? Voilà ce que trop souvent j’entends comme commentaires. «Ils finiront bien par croire» ou encore, « S’ils ne restent pas, c’est qu’ils n’ont pas assez souffert et qu’ils n’ont pas encore atteint leur bas-fond », ou bien encore   « S’ils n’adhèrent pas, c’est qu’ils ont un égo encore trop fort ». Est-ce là l’accueil que nous voulons réserver à ces alcooliques souffrants?

Mais bon sang, il faut tout de même être un peu de son époque! Les écoles québécoises ont été déconfessionnalisées depuis le 16 juin 2000 ! Les cohortes de jeunes arrivants alcooliques ont donc reçu une éducation bien différente de l’éducation chrétienne que nous, vieux membres, avons reçue. Des fois, j’ai l’impression que AA, avec le temps, devient de plus en plus dogmatique.

Alors je pose la question suivante. Combien d’alcooliques non-croyants venus chercher de l’aide chez les AA en repartent déçus, frustrés, voire désabusés et n’y reviennent jamais?

Je vous laisse le soin de répondre à cette question…

La possibilité de faire AA de façon réellement laïque au Québec

Dans le monde de la francophonie, il n’existe à peu près aucune information sur les groupes AA pour athées, agnostiques et libres penseurs. Pourtant, du côté anglophone, la littérature traitant des groupes AA laïques, même si celle-ci ne provient pas directement de AA, est en pleine explosion. Au moment d’écrire ce texte, 28 groupes AA laïques étaient officiellement répertoriés au Canada. Quatre en Colombie-Britannique, trois en Alberta, un en Saskatchewan, un au Manitoba, dix-sept en Ontario, un en Nouvelle-Écosse et un au Québec (probablement le seul en français en Amérique du Nord).

D’ici peu, l’organisation AA publiera une nouvelle brochure traitant des athées, agnostiques et libres penseurs. Cette brochure intitulée « The “GOD” Word » (Le mot “DIEU”) devrait permettre une meilleure inclusion des non-croyants au sein de AA. Disons que du côté anglophone, les choses changent rapidement, mais que du côté francophone nous ne pouvons pas en dire autant. Dieu merci (jeux de mots), aux dernières nouvelles la brochure « The “GOD” Word » sera traduite en français et en espagnol et sera donc éventuellement disponible dans nos réunions.

Cependant, cette nouvelle brochure, quoique très bienvenue, ne réglera pas le problème de l’omniprésence du mot Dieu dans la littérature et les réunions AA. Si AA n’est pas une organisation religieuse et si AA désire réellement accueillir les non-croyants, elle se doit de permettre aux groupes pour athées, agnostiques et libres penseurs d’adapter les textes « Notre méthode » et Les Douze Étapes » de façon à répondre aux besoins de ses membres laïques.

Malheureusement, et malgré cette nouvelle publication, le malaise demeure entier. Atténuer le problème du mot Dieu en proposant d’interpréter le mot “GOD” par des acronymes comme “Good Ordely Direction”, ou encore “Group Of Drunks”, ne répond pas aux objectifs de laïcisation poursuivis. Allons, soyons sérieux!

Pour appuyer mon propos, voici deux citations de notre co-fondateur Bill W. et qui devraient en faire réfléchir plusieurs.

We must remember that AA’s Steps are suggestions only. A belief in them as they stand is not at all a requirement for membership among us. This liberty has made AA available to thousands who never would have tried at all, had we insisted on the Twelve Steps just as written.

Alcoholics Anonymous Comes of Age, Page 81, 1957

So long as there is the slightest interest in sobriety, the most unmoral, the most anti-social, the most critical alcoholic may gather about him a few kindred spirits and announce to us that a new Alcoholics Anonymous Group has been formed. Anti-God, anti-medicine, anti-our Recovery Program, even anti-each other — these rampant individuals are still an AA Group if they think so!

Bill Wilson, Grapevine Article, “Anarchy Melts”, 1946

Traduction libre :

« Nous devons nous souvenir que les étapes des AA ne sont que des suggestions. Une croyance en celles-ci ne constitue aucunement un prérequis pour faire partie de notre fraternité. Cette liberté a rendu AA accessible à des milliers d’alcooliques qui autrement, si nous avions insisté sur les étapes dans leur forme actuelle, n’auraient jamais même essayé de cesser de boire ».

Traduit de ”Alcoholics Anonymous Comes of Age”, p. 81.

« En autant qu’il ait le plus infime intérêt à devenir sobre, le plus immoral, le plus antisocial, le plus critique des alcooliques peut rassembler autour de lui quelques esprits comme le sien et annoncer qu’il forme un nouveau groupe AA. Anti-Dieu, anti-Notre Méthode et même anti-entre-eux-mêmes, ces individus aussi perturbés soient-ils, constituent un groupe AA s’ils se voient comme tel ».

 Traduit de  Bill Wilson, Grapevine Article, “Anarchy Melts”, 1946

Bref, en matière de laïcité, les débats ne sont pas terminés mais la récente ouverture des AA face aux groupes laïques, démontrent une avancée décisive de cette inclusion maintes fois souhaitée par Bill W. Désormais, les membres AA d’allégeance « théiste » (qui affirment l’existence d’une puissance supérieure comme cause de la libération de leur soif d’alcool) devront faire preuve d’ouverture d’esprit, de tolérance et de maturité pour en venir à accepter et accueillir ces nouveaux groupes laïques au sein des AA. Il faut toujours se rappeler que l’ultime et unique autorité chez les AA est la conscience de groupe propre à chaque groupe AA individuel, en autant que celle-ci respecte les traditions AA de désir d’arrêter de boire, d’anonymat et de non affiliation.

Les Libres Penseurs

Les Libres Penseurs

Réunion:
Dimanche
De 19h à 20h
Loisirs Saint-Joseph
950 Rue Desranleau E
Saint-Hyacinthe

Cette réunion est fermée. Seuls ceux qui ont le désir d’arrêter de boire peuvent y assister.


Déroulement des réunions

A. Mot de bienvenue de l’animateur

B. Réunion fermée

Vous assistez présentement à une réunion fermée des Alcooliques Anonymes et seules les personnes ayant un désir d’arrêter de boire y sont admises.

C. Description des « Alcooliques Anonymes »

ALCOOLIQUES ANONYMES est une association de personnes qui partagent entre eux leur expérience, leur force et leur espoir dans le but de résoudre leur problème d’alcool. Notre but premier est de demeurer abstinents d’alcool et d’aider d’autres alcooliques à le devenir.

D. Valeurs endossées par le groupe « Les Libres Penseurs »

Le groupe AA «Les Libres Penseurs» est un groupe laïque pour agnostiques, athées et libres penseurs. Cependant, les personnes désirant exprimer leur croyance en une puissance supérieure ou en un Dieu tel qu’elles le conçoivent y sont les bienvenues. Nous nous efforçons de maintenir une tradition de liberté de pensées et de respect envers tous les membres AA qui participent à nos réunions. Comme dans tout groupe AA, le désir d’arrêter de boire est la seule condition pour devenir membre. Nous ne sommes associés à aucun organisme ou établissement, à aucune confession religieuse ou politique, de même qu’à aucun courant spirituel ou philosophique. Nous ne nous engageons dans aucune controverse.

E. Lecture de la septième tradition

Tous les groupes devraient subvenir entièrement à leurs besoins et refuser les contributions de l’extérieur. Nous ne demandons ni cotisation ni droit d’entrée; nous nous finançons par nos propres contributions.

F. Littérature

Les nouvelles ayant cours dans les AA sont disponibles sur demande, de même qu’une liste complète de la littérature AA afin que les membres qui le désirent puissent obtenir la littérature de leur choix. Une liste de littérature laïque de langue anglaise est aussi disponible sur place.

G. Lecture, par un membre désigné, de «Notre Méthode, version laïque».

H. Mode fonctionnement de la période de discussion

  • L’animateur agit à titre de modérateur et parle brièvement.

  • La période de discussion dure quarante-cinq minutes.

  • Le temps alloué est de 3 minutes.

  • S’il reste du temps, l’animateur offre la possibilité à ceux qui le désirent de reprendre la parole.

  • Le silence est de rigueur durant les discussions.

  • Les participants n’apportent aucun commentaire sur les discussions précédentes.

  • Chaque participant peut aborder d’autres sujets reliés à son rétablissement.

L’anonymat est la base de toutes nos traditions et nous rappelle sans cesse de placer les principes au-dessus des personnalités. L’anonymat est un gage que l’appartenance des membres aux AA ne sera pas dévoilée. La pratique de l’anonymat met un frein aux ambitions de ceux et celles qui pourraient autrement chercher à se servir des AA dans le but d’obtenir du pouvoir ou des avantages personnels.

I. Accueil du nouveau

J. Fermeture de la réunion

Commentaires, remerciements et lecture de la déclaration de responsabilité.

JE SUIS RESPONSABLE…
Si quelqu’un, quelque part, tend la main en quête d’aide,
je veux que celle des AA soit toujours là
et de cela, JE SUIS RESPONSABLE.


Notre méthode

Version laïque à l’usage du groupe AA «Les Libres Penseurs» (adaptée des textes «Notre méthode et Les Douze Étapes» édités par les Alcooliques Anonymes)

Notre Méthode constitue un programme de rétablissement pour les alcooliques ayant le désir d’arrêter de boire et venant chercher de l’aide au groupe «Les Libres Penseurs». Cette méthode requiert que nous soyons rigoureusement honnêtes envers nous-mêmes et que nous assumions l’entière responsabilité de nos comportements et de nos attitudes. Ce sont là des éléments cruciaux pour notre rétablissement. Les récits de nos vies révèlent, de façon générale, ce que nous étions, ce qui nous est arrivé et ce que nous sommes maintenant. Si nous désirons vraiment nous rétablir, si nous sommes disposés à sortir de notre zone de confort et si nous consentons à travailler très fort afin de changer nos comportements et notre façon de vivre, nous voilà prêts à mettre en pratique ce simple programme.

Certaines des étapes contenues dans ce programme nous ont paru très intimidantes. Plusieurs d’entre nous ont cru pouvoir trouver des manières plus faciles, plus douces, mais ce fut peine perdue. Les demi-mesures ne nous ont rien donné. Voici donc les étapes que nous avons suivies et que nous suggérons comme programme de rétablissement:

  1. Nous avons admis que nous étions impuissants devant l’alcool – que nous avions perdu la maîtrise de notre vie.

  2. Nous en sommes venus à accepter que nous avions besoin d’aide pour faire face à notre problème d’alcool.

  3. Nous avons décidé de joindre un groupe de personnes ayant réussi à mettre un terme à leur consommation d’alcool.

  4. Nous avons procédé sans crainte à un inventaire moral approfondi de nous-mêmes : reconnaissant que nos comportements égocentriques, nos peurs, nos apitoiements, nos ressentiments et nos faiblesses aient pu contribuer à notre alcoolisme.

  5. Nous avons avoué, sans réserve, à nous-mêmes et à une autre personne, les détails de notre inventaire.

  6. Nous avons consenti à abandonner nos comportements destructeurs envers nous-mêmes et les autres.

  7. Nous avons humblement cherché, avec humilité, honnêteté et ouverture d’esprit, à changer nos comportements et nos habitudes de vie de façon à demeurer abstinents.

  8. Nous avons dressé une liste de toutes les personnes que nous avions lésées et nous avons consenti à réparer nos torts envers chacune d’elles.

  9. Nous avons réparé nos torts directement envers ces personnes dans la mesure du possible, sauf lorsqu’en ce faisant, nous risquions de leur nuire ou de nuire à d’autres personnes.

  10. Nous avons poursuivi notre inventaire personnel et promptement admis nos torts dès que nous nous en sommes aperçus.

  11. Nous avons cherché à l’intérieur de nous-mêmes notre place légitime dans la vie ainsi que la force de nous réaliser dans cette voie.

  12. Nous étant rétablis par la pratique de ces étapes, nous avons essayé de transmettre ce message à d’autres alcooliques et de mettre en pratique ces principes dans tous les domaines de notre vie.

Plusieurs d’entre nous se sont exclamés : « C’est trop difficile! Je ne pourrai pas y arriver! ». Ne vous découragez pas. Personne d’entre nous n’a réussi à mettre en pratique ces principes à la perfection. Ce qui compte, c’est que nous soyons disposés à progresser dans notre pratique. Les principes énoncés ci-dessus ne sont que des guides. Nous visons le progrès plutôt que la perfection. Notre souhait le plus profond est que chaque alcoolique puisse, un jour à la fois, être heureux, joyeux et libre. 

Afin de dissiper tout doute, nos intentions ne sont aucunement de faire changer les versions originales des textes «Notre Méthode»  «Les 12 Étapes» telles qu’éditées par l’organisation des Alcooliques Anonymes. Ces textes laïcisés ne s’adressent qu’aux membres du groupe Les Libres Penseurs de St-Hyacinthe.


Scientifique athée et engagé, citoyen du Québec vivant près de Montréal, Guy F. est l’heureux père de 3 filles et le grand-père de 6 adorables petits-enfants et le conjoint de Carole, une extraordinaire compagne de vie. Guy assista à sa première réunion AA quelque part en février 1989. Après plusieurs mois de tentatives infructueuses, Guy cessa définitivement de boire le 7 décembre 1990.

Malheureusement, après plus de 20 ans d’abstinence et d’implication au sein des AA et ne se sentant plus capable d’accepter le contenu religieux des réunions, Guy s’éloigna graduellement des AA et recommença à boire. Après une rechute qui dura 2 ans, de nouveau vaincu par l’alcool, Guy n’eut d’autre choix que de réintégrer les AA malgré ses convictions laïques. Depuis son retour il y a cinq ans, Guy ravala tant bien que mal les nombreuses références à Dieu et les Notre Père, en pratiquant une forme de méditation Zen athée, faute de pouvoir adopter l’unique démarche spirituelle de rétablissement suggérée par les AA.

 Et puis voilà que Guy apprit avec grande stupéfaction ce qui s’était récemment passé avec les groupes AA agnostiques de la région torontoise. Sans tarder, fort de ses convictions et de l’incroyable mouvement de laïcisation ayant actuellement cours au sein des AA, Guy rassembla quelques membres AA laïques et, tous ensembles, ils ouvrirent un premier groupe AA francophone pour athées et agnostiques au Québec, le groupe Les Libres Penseurs de Saint-Hyacinthe.

Pour conclure, Guy tenait à partager avec nous un événement très édifiant qui se produisit dimanche dernier à la réunion hebdomadaire du groupe. À la surprise des membres de notre jeune groupe, Jean-Claude, un membre AA reconnu pour sa foi chrétienne et son grand dévouement à la cause alcoolique, se pointa à la réunion, accompagné d’un alcoolique en difficulté. Malgré toute la controverse crée par l’arrivée de notre groupe laïque dans la région, Jean-Claude fit le libre choix de nous présenter un ami alcoolique, incapable d’adhérer durablement aux AA à cause du contenu trop religieux des réunions. À la fin de la réunion, notre invité prit son enveloppe du nouveau et quitta, tout heureux de l’expérience laïque qu’il venait de vivre.


17 Responses

  1. Joe C says:

    July 20-22: Eastern Canada Regional Forum in Victoriaville QC – free to register and attend.

    Martin from the atheist/agnostic meeting in Kingston and me, Joe C, from the atheist/agnostic meeting in Toronto, both members of the Toronto-host-committee for the International Conference of Secular AA (August 24-26, 2018 – https://www.secularaa.com) will be in attendance at the Eastern Canada Regional Forum in Victoriaville, QC.

    We hope others from secular group members from Nova Scotia to Ontario (and maybe Vermont and New York State) will attend. Martin and I will be happy to talk with any Quebec delegates, District Committee Members, GSRs or AA members who have concerns that secular AA is either dangerous to AA as a whole or some kind of watered-down AA that poses a threat to “vulnerable newcomers”. Martin or I would be happy to talk about our groups experience both in working with newcomers who don’t believe in a prayer-answering higher power and working group by group in the district and Area for the betterment of AA as a whole.

    Toronto is one area where there was once tremendous fear from “our more religious members” that AA without God would harm AA as a whole. AA without God is no longer seen as a threat to other groups or AA as a whole any more than women’s groups, young people’s groups or Gay, Lesbian, Transgender groups.

    Working side-by-side with other members/groups at places like the Eastern Canada Regional Forum is something I have found over time dispels irrational fear or any idea that secular recovery is really any less effective than devotion to an intervening higher power.

  2. Marc says:

    Bonjour Guy,

    Je m’intéresse depuis quelques temps, par l’entremise d’Internet, au mouvement AA pour agnostique.

    J’avais l’intention d’ouvrir un groupe à Montréal cet automne. Ton article me motive énormément à passer à l’action.

    Je vais sûrement aller vous voir à Saint-Hyacinthe dans les prochaines semaines. Merci d’ouvrir la voie au mécréants qui souffrent encore.

    Marc

    • Guy F. says:

      Bonjour Marc

      Vous êtes certainent le bienvenu.

      Notre initiative prend peu de l’ampleur et des membres AA du grand Montréal se pointe à nos réunions avec le même désir d’ouvrir un groupe à Montréal ou sur la Rive Sud près du métro Longueuil.

      En venant nous visiter, vous pourrez entrer en contact avec eux.

      À bientôt !

  3. Patrice says:

    Bonjour Guy. Félicitations pour ce beau texte. Je suis content de t’avoir dans mon cercle d’ami.

  4. Jean-Guy B. says:

    Bonjour,

    Y a-t-il une réunion demain soir le 8 juillet. Je veux y aller avec un ami. J’assiste aux réunions agnostiques à Paris quand j’y vais et j’ignorais que nous en avions ici.

    Merci
    Jg

    • Guy says:

      Bonjour Jean-Guy,
      C’est oui pour dimanche le 8 juillet, il y a une réunion.

      Serait-il possible de me mettre en contact avec des AA agnostiques
      de Paris ?

  5. Helen L. says:

    Merci beaucoup Guy. J’ai assisté quelques fois aux réunions dans la ville de Québec.
    J’espère de vous rencontrer un jour.

    Helen L. (1985)
    Southport Connecticut E-U

  6. Hilary J. says:

    Merci beaucoup pour nous avoir partagé ton histoire, Guy! J’espère te rencontrer à Toronto.

  7. Je suis Joe et je suis un alcoolique du groupe Beyond Belief Agnostics and Freethinkers à Toronto au Canada. Au milieu des années 1970, je suis devenue sobre dans AA anglophone de Montréal (St.Anne de Bellevue, Pointe-Claire) avant de déménager à Calgary puis à Toronto.

    C’est génial de voir des groupes de libres penseurs au Québec. Cela aidera de nombreux alcooliques à trouver la sobriété sans avoir à accepter une vision du monde qu’ils ne croient pas ou ne peuvent pas croire.

    Le Forum régional de l’Est du Canada se tiendra à Victoriaville du 20 au 22 juillet. Je prévois y assister. Peut-être que d’autres qui viendront à la Conférence internationale des AA laïques de Toronto seront là aussi. Le Forum régional est organisé par notre Bureau des Services généraux et j’espère que tous les membres qui ont des préoccupations au sujet des réunions libres-penseurs chez les AA peuvent discuter de leurs craintes avec le personnel du BSG. Le BSG a toujours été juste et inclusif. La nouvelle brochure pour les agnostiques et les athées chez les AA d’Angleterre est en train d’être traduite en espagnol et en français et sera utile aux théistes bien intentionnés qui craignent que les athées ne nuisent aux AA. Je m’attends à ce qu’il y ait une discussion à la fois sur la nouvelle brochure et un nouveau livre sur le Grapevine ou sur les athées et les agnostiques chez les AA.

    J’espère voir certains d’entre vous au Forum de l’Est canadien. J’emprunte de la technologie de Google pour m’aider à traduire.

    Je suis gêné de dire que ne pas comprendre et parler mieux le français, reste en moi un défaut de caractère non traité. Néanmoins, ce serait sympa de se rencontrer à Victoriaville.

    Je m’attendrais à ce que notre délégué de la zone 83 nous aide à discuter avec votre délégué de la contribution positive des groupes athées et agnostiques aux AA en Ontario.

    • Guy F. says:

      Thank you Joe for your encouragement. I will try to show up at the Victoriaville meeting. Toronto, I’ll go for sure.

      The secular AA movement has a long way to go in Quebec.

      Strange that it takes so long to take off. But my feeling is that once a few meetings will open, the ice will be broken, there will be a good momentum towards secular meetings.

  8. Ritha says:

    J’ai lu cette piece ce matin. BRAVO GUY!!!